Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le libéralisme est un totalitarisme

Retraites : l'espoir...mais notre lutte n'est-elle pas condamnée à s'élargir ?

11 Septembre 2010, 10:11am

Publié par Marianne

La montée en puissance des récentes grèves fait naitre l'espoir. Pourtant nous ne devons pas nous y tromper : nous avons en face de nous non seulement le gouvernement et le MEDEF, mais le Capital, qui lui n'a pas de frontières.

 

L'ordre capitaliste ne saurait accepter de voir ses diktats bafoués même dans un seul pays, car cela ne manquerait pas d'entrainer des effets de contagion dans les nations voisines.

 

Le capital a toujours la capacité de transférer sa production là où la main-d'oeuvre est moins chère et la législation moins contraignante.

 

Par derrière le gouvernement, il y a tous les gardiens des dogmes de l'exploitation libérale, parmi lesquels les institutions internationales et les fameuses agences de notation. Rappelons que le capital a sciemment organisé l'endettement des Etats, mettant ainsi la dépense publique sous la coupe des intérêts privés. Les agences de notation sont là pour veiller à ce que l'on fasse bien payer aux peuples la facture d'un endettement qui ne leur a en rien profité.

 

Notre lutte n'est-elle pas condamnée à s'élargir, et en particulier aux autres pays d'Europe ? Partout les budgets d'austérité drastiques provoquent des protestations, mais éclatées, et d'une efficacité limitée. Ne devons-nous pas travailer à les coordonner et à faire émerger une conscience de classe européenne ?

 

La manifestation européenne du 29 septembre va dans le bon sens, mais la construction d'un mouvement social européen ne peut se faire que dans la durée.

Commenter cet article