Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le libéralisme est un totalitarisme

A l'Est de la Grèce

29 Juin 2011, 20:23pm

Publié par Marianne

   

Toute l'attention est actuellement focalisée sur la Grèce, mais l'offensive « libérale » contre les populations s'exerce dans tous les pays, entrainant des mouvements de résistances plus ou moins importants, sur lesquels nous ne sommes guère informés.


En Hongrie par exemple, le premier ministre Viktor Orban, soutenue par une majorité qui tient les deux tiers du parlement, a « déclaré la guerre » contre le niveau de déficit de l'Etat, qui s'élève à 80% du PIB. Dans ce cadre, le gouvernement a décidé de revenir rétroactivement sur des retraites déjà acquises et de renvoyer des dizaines de milliers de personnes au travail.


Jusqu'à présent, les policiers, les pompiers, et d'autres travaillant dans des secteurs à haut risques, comme les mines ou l'industrie chimique, pouvait opter pour un départ à 57 ans (soit cinq ans avant l'âge « normal ») ou après 25 ans de service s'ils ne sont plus en mesure de travailler pour raison de santé.


Les pensions de retraite anticipée seraient fortement taxées, afin d'abaisser les revenus de ceux qui ont pris leur retraite quelques années avant les autres.


A Budapest et dans plusieurs autres villes, à l'appel des syndicats, les catégories concernées, y compris policiers, soldats et pompiers, ont pris leur voiture pour des opérations « escargots »  qui ont ralenti la circulation. Une manifestation a eu lieu devant le parlement, la plupart des opposants s'étant grimés en clown en réaction à la provocation d'Orban. En effet celui-ci avait déclaré qu'il allait leur envoyer son « Secrétaire aux affaires de clown » pour négocier avec eux.


Selon Kornel Arok, responsable du syndicat des pompiers : « Ils peuvent l'appeler autrement, mais ce que le gouvernement nous impose, ce sont des mesures d'austérité.  Nous faisons l'expérience du changement dans ses aspects négatifs, et aucun de positif. » Dans des urnes disposées en marge du rassemblement, les manifestants ont glissé des bulletins symboliques, pour répondre « oui » ou « certainement » quant à leur retrait du soutien au gouvernement.


Le cas de la Hongrie n'est pas isolé : grève des transport en République tchèque, pour s'opposer au projet de relever l'âge de départ à la retraite et d'augmenter le coût des soins. D'autres protestations ont eu lieu en Roumanie et en Serbie -entre autres-.

 

Source : http://www.msnbc.msn.com/id/43427782

         

 

Commenter cet article