Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le libéralisme est un totalitarisme

Une pause dans l’austérité aux Pays-Bas, chère payée ?

26 Avril 2013, 13:32pm

Publié par Marianne

Au Pays-Bas, le gouvernement très libéral a, en 2012,  procédé à des coupes sombres dans le budget, à hauteur de 18 milliards d’euros, plus un nouveau tour de vis de 5 milliards pour 2013, entrainant des restrictions importantes en matière de santé, de retraites, et des milliers de suppressions d’emploi dans la fonction publique.


Comme partout, ces restrictions n’ont eu aucun effet sur la dette publique toujours aussi menaçante.


Le gouvernement, mis en minorité, se recompose autour d’un compromis passé avec les travaillistes. Ce compromis favorise la signature d’un accord avec les syndicats et le patronat le 11 avril, censé combattre le chômage, qui va s’amplifiant dans le pays. Il faut dire qu’en un an, le nombre des demandeurs d’emploi est passé de 340.000 à 643.000…


Cet accord prévoit l’engagement du paiement des allocations chômage sans réduction pendant trois ans et l’annulation des  4,3 milliards d'euros de coupures budgétaires prévues pour 2014.


L’accord fait l’objet à droite, de violentes critiques, arguant qu’il va augmenter le déficit. Ce report de l’aggravation de l’austérité pour 2014 est une pause, ce n’est pas un tournant vers une autre politique, et il n’est pas sûr que cette mesure très limitée suffise à produire l’effet escompté.


En revanche, l’accord prévoit la « simplification » des procédures de licenciements, et d’autres mesures telles que la suppression de l’obligation pour les entreprises de plus de 25 personnes d’embaucher 5% de personnes handicapées. Les syndicats n’ont-ils pas  signé un marché de dupes ? Ils ont avalisé des reculs,  qui risquent de devenir pérennes, contre des mesures dont le renouvellement n’est pas assuré.


Tout dépendra de la mobilisation du peuple néerlandais pour éviter qu’à l’issue de cette pause la rigueur ne reprenne de plus belle et pour qu’une autre orientation se mette en place.

Commenter cet article