Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Le libéralisme est un totalitarisme

Les craquements dans l'ordre du monde

7 Août 2011, 00:13am

Publié par Marianne

« Un autre monde est possible », certes, mais les voies pour le faire advenir sont loin de se dessiner avec la plus grande clarté. Le débat actuel entre les tenants de la démondialisation et de ceux qui la récusent au nom de l'altermondialisme n'est pas toujours facile à suivre, mais il témoigne de la préoccupation croissante autour de la question du changement et des alternatives possibles.


Le « libéralisme », depuis plusieurs décennies, a l'effet d'un rouleau compresseur qui détruit les tissus économiques, transforme en profondeur nos conditions de vie et nos réseaux de relations, limite l'horizon de nos espoirs et de nos ambitions. L'emprise du libéralisme sur nos vies nous a emprisonnés progressivement, sans que nous le percevions clairement. L'offensive idéologique du libéralisme nous a masqué le sens de nos intérêts collectifs. Elle nous a fait intérioriser un fort sentiment d'impuissance. Elle vise à nous enfermer tous dans l'individualisme, la guerre de tous contre tous, dans la médiocrité, l'ennui, le désespoir, la souffrance. Le libéralisme n'a réussi à annihiler ni la révolte ni les solidarité, mais les résistances qu'il a rencontrées sur son chemin n'ont pas réellement entravé sa marche.


Nous vivons cependant un moment historique où l'édifice néo-libéral commence à faire entendre de sérieux craquements. Les aspirations des peuples, et en particulier celles des jeunes générations, apparaissent sur la scène du monde. Mais les menaces les plus inquiétantes proviennent des contradictions du système lui-même et des excès qu'elles induisent. Le capitalisme est en depuis longtemps réduit à des expédients, sous forme d'endettement des Etats, des collectivités locales, des particuliers, pour faire tourner la machine. Mais un système qui repose sur des expédients est conduit à des solutions de plus en plus à court terme pour naviguer entre les écueils sans pouvoir éviter de venir, au final, s'y fracasser. On ne peut prévoir ni quand ni comment l'effondrement l'ordre actuel du monde va se produire mais les politiques d'austérite mises en oeuvre avec un bel ensemble vont générer de nouvelles difficultés auxquelles on ne voit pas quelles parades l'ordre libéral pourra inventer. Il va s'en suivre une délégitimation profonde de l'idéologie libérale et de ses principaux diktats. Cette déligitimation de la raison dominante devrait ouvrir un espace pour penser le monde autrement et vouloir le reconquérir. Mais rien n'est joué d'avance : l'effondrement d'un monde crée de l'incertitude, une période de flottement où le meilleur comme le pire peuvent arriver. Il est urgent de débattre autour de cet « autre monde possible » et des moyens de le mettre en oeuvre. Il faut que cet « autre monde possible » acquière de la substance, de la couleur, qu'il puisse devenir visible et crédible, afin de proposer un horizon à nos espoirs.

Commenter cet article